Avast gratuit: l’antivirus vous espionne et revend les données à Google et Microsoft

4 971

Avast collecte et revend vos données de navigation. C’est ce que révèle une enquête conjointe de MotherBoard (Vice) et PCMag. Selon les deux publications, plusieurs entreprises ont payé des millions de dollars pour acquérir ces informations. Parmi elles, on retrouve Microsoft, Google, Yelp ou encore Pepsi.

Le fondateur d’Ad Block avait déjà alerté les autorités et les internautes de ses craintes sur Avast en décembre 2019. En effet, le développeur affirmait que des extensions d’Avast et d’AVG espionnaient les utilisateurs à leur insu sur Chrome et Firefox. Et ce 28 janvier 2020, une enquête menée par MotherBoard (Vice) et PCMag vient conforter ses accusations.

Comme le dévoilent les deux publications, la société Avast collecte et revend les données de navigation de ses utilisateurs pour des millions de dollars. Parmi ses clients réguliers, on retrouve Microsoft, Google, Yelp, Pepsi, ou encore Condé Nast, un groupe américain d’édition de magazines détenant entre autres Vogue ou Vanity Fair.

Avec au total 450 millions d’utilisateurs à travers le monde, le logiciel antivirus s’assure un stock de données conséquent. Et le jackpot qui va avec. D’après MotherBoard et PCMag, les informations récoltées sont certes anonymisées (pas de nom, d’adresse mail et IP), mais elles sont liées à un identifiant connu d’Avast, qui ne disparaît que quand l’utilisateur cesse d’utiliser l’antivirus.

Image associée

Une collecte vraiment anonyme ?

C’est une filiale d’Avast appelée Jumpshot qui se charge de collecter les données de navigation pour le compte d’Avast. C’était elle qui justement siphonnait les données des utilisateurs via les extensions d’Avast. Désormais, Jumpshot officie sur la version gratuite de l’antivirus, comme le montre un onglet où il est précisé que « toutes les données basées sur la navigation Web seront fournies à Jumpshot » et que « Jumpshot peut partager ces données agrégées avec ses clients ».

Selon les conditions générales mentionnées sur cet onglet (en cours de déploiement), Jumpshot peut converser les données acquises pendant trois ans. D’après Avast, cette collecte répond parfaitement au cadre et aux règles stricts du RGPD, et insiste sur le fait que ces informations ne permettent pas l’identification de l’utilisateur. Faux selon MotherBoard et PCMag, qui précisent que ces données sont collectées sur les clics individuels. Certaines entreprises pourraient faire le rapprochement entre ces informations et celles en leur possession pour mettre un nom, une adresse mail, une adresse IP sur l’utilisateur.

Source :  Vice

Cliquez pour noter ce post!
[Total: 0 Average: 0]
Comments