IPTV : en vendant des boîtiers pirates sur eBay, il gagne 96 000 euros

0 6 020

Au Royaume-Uni, un homme de 57 ans vient d’être condamné à 2 ans de prison avec sursis pour avoir vendu des boîtiers IPTV sur eBay. Avec un prix entre 150 et 250 livres de sterling, ce dernier est parvenu à récolter l’équivalent de 96 000 euros.

On savait déjà que le marché de l’IPTV rapporte gros, très gros. En 2020, on estimait que le secteur pèse environ 2 milliards d’euros. Une somme considérable qui irrite les ayants droit, mais qui attire également les convoitises des businessmen en herbe. Partout dans le monde, la justice commence à sérieusement s’intéresser au phénomène, au détriment de ceux qui y ont trouvé là leur gagne-pain.

C’est notamment le cas de Fuaad Al-Saegh, qui en a récemment fait les frais. L’affaire remonte à 2017, lorsque FACT, le dispositif anti-pirate anglais, a repéré la petite entreprise menée par l’homme de 57 ans. Ce dernier se trouvait en effet derrière une opération de revente de boîtiers IPTV. Sur eBay, il revendait des équipements capables d’accéder gratuitement à des chaînes de sports ou des abonnements de streaming, moyennant une somme comprise entre 150 et 250 livres sterling.

2 ANS DE PRISON AVEC SURSIS POUR AVOIR VENDU DES BOÎTIERS IPTV

Après avoir acheté eux-mêmes les boîtiers et certifié leur fonctionnement, les agents du FACT se sont rendus au domicile de Fuaad Al-Saegh. Avec l’aide d’eBay, ils ont estimé que le revendeur a écoulé 628 unités, résultant en chiffre d’affaires de 82 000 livres sterling, soit environ 96 000 euros. Ce mois-ci, Fuaad Al-Saegh a été condamné à 2 ans de prison avec sursis.

« Cette enquête sur des appareils IPTV illégaux était une première pour notre service et démontre l’expertise de nos agents », a commenté Heather Acton, conseillère municipale de Westminster. « Le produit de crimes tels que celui-ci est souvent utilisé par des groupes criminels organisés pour financer des activités criminelles plus graves, et je suis donc heureuse que notre enquête, avec l’aide de FACT, ait abouti à une poursuite fructueuse ».

Ce n’est pas la première fois que l’IPTV est à l’origine de décision de justice. Cette année, 8 sites de téléchargements illégaux ont été bloqués en France.
« FACT continuera à surveiller les plateformes utilisées pour faire de la publicité, commercialiser, vendre et distribuer des applications, des appareils et des flux, afin de prendre des mesures contre les fournisseurs, les opérateurs et les consommateurs », a fait savoir l’organisme.

Source : TorrentFreak

Cliquez pour noter ce post!
[Total: 1 Average: 5]
Comments
Chargement...